jeudi 2 février 2017

Au retour de Clair2017

Ce que je pourrais qualifier de pèlerinage annuel à Clair, Nouveau-Brunswick, est déjà derrière moi pour cette édition 2017. Cette année, j’ai eu la chance d’y aller avec trois collègues de mon école.

J’en retiens encore et toujours le côté humain :  l’accès des élèves à une foule d’outils mais surtout à des intervenants qui savent les guider, les encourager et les soutenir. Restent gravés dans ma mémoire les sourires des enfants, leur fierté de partager leurs découvertes et le même regard lumineux chez les membres du personnel et les bénévoles qui nous y accueillent de façon magistrale.

Après 

avoir été inspirée par des conférenciers, emballée par une équipe d’étoiles* lors de la session Ignite, confrontée au courant de discussions, rassasiée par le bar à bonbons et comblée par les rencontres, il m’importe de regarder vers l’avant.

Parce qu’aller à Clair, ça crée toujours une certaine dichotomie : on aurait envie d’y rester pour toujours, tout en voulant quitter pour retourner chez soi et faire de notre mieux pour s’y sentir aussi bien. Comme j’ai déménagé il y a quelques mois, la première option s’avérait moins tentante et je dois avouer que je suis assez heureuse de mon sort. D’ailleurs, MA commission scolaire était très bien représentée comme à son habitude, un gros bravo @CSNavigateurs (oui, j’ai choisi un déterminant possessif, je sais, mais on devrait appeler ça un déterminant d’appartenance dans ce cas-ci)!

Au revoir Clair, à l’an prochain! Me voilà revenue à St-Louis-de-France pour continuer à cheminer, à faire de la place aux idées des élèves et à travailler en équipe avec des enseignants engagés.

Je nous souhaite comme école de mieux cibler nos valeurs, celles qui nous rattachent les uns aux autres, nous ressemblent et nous inspirent. À Clair sont affichés dans tous les locaux et corridors les trois mots suivants : travail, discipline, succès. Je ne veux pas les mêmes, je veux les nôtres, pour rendre nos actions d’enseignement et d’éducation encore plus cohérentes, que chaque élève entende, voit, vive et retienne ces valeurs et leur sens.

Il faut voir chaque enfant comme étant un génie, une étoile, une symphonie, un artiste, un visionnaire, un révolutionnaire. Le rôle de l’adulte (pas juste à l’ecole) est de l’encadrer, le soutenir, le guider, l’outiller. Et c’est encore plus magique si cet adulte est resté un révolutionnaire, un visionnaire, un artiste, une symphonie, une étoile, un génie, un enfant quoi! Ainsi, je m’engage à donner encore plus de place aux élèves, à leurs idées, à leurs projets, à leurs rêves et surtout à leur potentiel.

Je termine sur ce propos, envoyé par texto à madame Roy (notre directrice) pendant notre périple : “On a des idées... on a un projet (Oui, encore!) et ça coûte même pas cher! 😏”. À suivre!

P.S. Cette année, la ronde des colloques pédagogiques a commencé plus tôt pour moi qu’à l’habitude. Je n’ai pas pris le temps d’écrire à propos du Sommet de l’Académie Lafontaine au début novembre, mais je n’en pense pas moins que c’était un événement passionnant pour passionnés, d'où je suis repartie la tête pleine d'idées et surtout de moyens pour les mettre en pratique. Puis il y a eu le Grand Rassemblement d’Innovation Pédagogique à la CSDN, une journée bien remplie et inspirante, qui a su nous donner un élan et une fierté certaine. Ces deux événements en étaient à leur première édition et je pense sincèrement qu'ils deviendront des incontournables dans les prochaines années.
Voici quelques autres billets écrits par des participants de Clair2017 :








1 commentaire:

  1. Merci pour ce beau partage, Julie! J'espère que l'an prochain, j'y serai à Claire2018!

    RépondreSupprimer